[ANALYSE] Les Derniers Jedi : Les références cinématographiques

Les films de Star Wars ont toujours été bercés d’influences diverses. George Lucas lui-même en a reconnu clairement de nombreuses. Tout d’abord, des influences (pop) culturelles, philosophiques et même religieuses. Ensuite, les mythologies mondiales, via le monomythe développé par Joseph Campbell (Le Héros aux mille et un visages, 1949). Enfin, le Grand Créateur a puisé l’inspiration dans des œuvres cinématographiques diverses. Pour ne citer que les plus célèbres, on retiendra les Westerns de John Ford et Sergio Leone, mais aussi La Forteresse Cachée ou Les Sept Samouraïs d’Akira Kurosawa. Les Derniers Jedi suit la tradition.

Cet article vous propose une liste, non exhaustive, des influences cinématographiques que Rian Johnson ainsi que toute l’équipe du film Les Derniers Jedi ont, à leur tour, glané dans leur propre culture cinématographique et distillé dans le film. En outre, le réalisateur du dernier Star Wars en date a convié les équipes de production à visionner certains films l’ayant marqué, afin d’intégrer l’esthétique qu’il avait en tête.

Les citations viennent de l’équipe du film. Outre Rian Johnson (scénariste et réalisateur), Rick Heinrichs (chef décorateur), James Clyne (directeur artistique des effets visuels), Michael Kaplan (chef costumier) et Matthew Savage (accessoiriste) sont les intervenants.

Twin Peaks

Pour commencer les références cinématographiques, voici une série TV ! La célèbre salle rouge de Twin Peaks a inspiré le rouge profond de la salle du trône de Snoke. Selon Rick Heinrichs, ce n’est pas l’effet du hasard. En effet, il a déclaré au site d’informations Nerdist :

C’est marrant que vous ayez mentionné Twin Peaks parce que nous avions une photo de la salle rouge sur notre “tableau d’inspiration” du département d’art. Ces “tableaux d’inspiration” n’ont eu vraiment d’utilité qu’au début du travail de conception, afin que Rian et moi ayons des échanges. Ensuite, nous les avons imprimés et les mis dans toute la pièce. Les scénographes et les illustrateurs se promenaient parfois et leurs yeux s’allumaient quand ils voyaient une image. Cela les engageaient sur un chemin auquel ils n’avaient pas pensé auparavant.

Il dit aussi dans le livre Tout l’Art de Star Wars :  Les Derniers Jedi :

Rian n’a pas parlé de la “red room” de Twin Peaks, mais on l’a tous fait lors d’une réunion du département artistique.

Cette référence à la série créée par Mark Frost et David Lynch a été remarquée par Bruce (rédacteur en chef adjoint du site) dès le jour de la sortie du film !

Kagemusha

影武者 (Akira Kurosawa, 1980)

Ce film est une autre source d’inspiration pour salle du trône de Snoke. Rick Heinrichs nous apprend que les films de samouraïs de Kurosawa ont été un guide en terme d’éshtétique :

Nous avons utilisé ce concept du rouge comme une sorte de qualité royale, comme une surprise et un mystère. C’est ce qui arrive quand vous retenez une couleur comme ça dans un film. Tout d’un coup, un nouvel environnement est à la fois une surprise et un vrai délice. Le rouge pose Snoke comme un être royal. Ce n’est pas là que le commun des mortels va faire ses affaires. C’est essentiellement de là que Snoke projette son pouvoir sur l’univers.

Remarquons que George Lucas (ainsi que Francis Ford Coppola) ont été producteurs exécutifs de la version internationale de Kagemusha. De plus, le film Ran (1985) du même réalisateur a aussi influencé la conception esthétique de cette salle.

Les Trois Samouraïs hors-la-loi

三匹の侍, Sanbiki No Samurai (Hideo Gosha, 1964)

Dernière étape dans la salle du trône de Snoke : le combat opposant Rey et Kylo Ren aux gardes prétoriens. Dans cet autre film japonais, les combattants sont dans la même situation que Rey et Kylo. En effet, ils sont amenés à une association imprévue le temps d’un combat. La chorégraphie du combat est également très proche de ce film japonais.

Tigre et Dragon

臥虎藏龍, Wò Hǔ Cáng Lóng (Ang Lee, 2000)

Le style du combat dans la salle du trône de Snoke est également influencé par l’une des meilleures scènes d’arts martiaux jamais filmées.  Matthew Savage explique dans Tout l’art de Star Wars : Les Derniers Jedi :

Rian nous a demandé de revoir la scène du dojo dans Tigre et Dragon. D’où l’influence chinoise.

Rashomon

羅生門, (Akira Kurosawa, 1950)

Dans cet autre film du maître japonais, l’action se déroule au Moyen-Age. On peut y voir la confrontation de quatre personnages qui racontent la même histoire d’un crime suivant leur point de vue. Et évidement, leurs versions diffèrent. C’est exactement ce qui arrive lors de la confrontation entre Luke et Ben. Luke a sa version, mais Ben pense que son oncle a voulu le tuer, car il l’a vu sabre allumé en main. Même si le Maître Jedi y a pensé un bref instant, il n’est à aucun moment passé à l’acte. Cependant, Ben a perçu les choses différemment. Donc, selon son point de vue et son souvenir, Luke a voulu le tuer.

Casablanca

(Michael Curtiz, 1942)

Dans Casablanca, un membre de la résistance contacte des réfugiés (qui cherchent à fuir la ville et partir pour l’Amérique) en prétendant leur montrer un anneau à vendre. Il ouvre l’anneau, révélant la croix de Lorraine, symbole de la France Libre. De même, Rose Tico révèle son allégeance à la Résistance aux enfants de Canto Bight en ouvrant son anneau, révélant ainsi l’insigne de la Résistance.

Brazil

(Terry Gilliam, 1985)

Il s’agit plus d’un Easter Egg que d’une référence ayant eu une influence. Les policiers de Canto Bight arrêtent Finn et Rose pour une infraction de stationnement “27B/6”. Dans le film de science-fiction des années 1980, deux ouvriers se présentent pour réparer les conduits d’air dans l’appartement du personnage principal, Sam Lowry. Il leur demande s’ils ont d’abord rempli un formulaire 27B/6, soulignant que les réparations ne peuvent pas être effectuées sans la paperasserie appropriée.

Citizen Kane

(Orson Welles, 1946)

L’image en miroir de Rey lors de son expérience de la caverne d’Ach-To rappelle une séquence dans une galerie de miroirs du grand classique Citizen Kane. Dans cette scène, le personnage de Charles Foster Kane parcourt un couloir avec de multiples reflets de lui-même en arrière-plan.

Rick Heinrichs détaille le tournage de cette scène. On pourrait croire en première approche que les multiples reflets de Rey sont issus d’effets numériques. Mais, en réalité, il n’en est rien.

Nous avions besoin de répétabilité pour les multiples versions de Rey. Ce ne sont pas des images miroir l’un de l’autre. Ce n’était pas possible parce que la perspective change sur chacun des éléments. Il y avait essentiellement plusieurs caméras sur Daisy Ridley pendant qu’elle jouait les scènes, et c’est vraiment elle dans toutes les images.

Fargo

(Joel et Ethan Coen, 1996)

Rick Heinrichs a été le concepteur de nombreux films avant Les Derniers Jedi. Il a notamment travaillé sur le film Fargo des frères Coen. Lors de la conception de l’aspect visuel de la bataille sur Crait, il s’est inspiré pour les explosions du rouge profond d’un moment comiquement sombre du film.

La bataille de Crait est une représentation très graphique d’une bataille violente où se mêlent le rouge sur blanc. Je pensais vraiment dire à Rian que j’étais inspiré par la fin du film Fargo. La scène de la déchiqueteuse de bois.

Goldfinger

(Guy Hamilton, 1964)

Le hacker que recherchent Rose et Finn dans le casino sur Canto Bight porte un habit largement inspiré du film d’espionnage des années 1960. Smoking blanc avec une fleur rouge au revers : c’est la tenue de Sean Connery dans Goldfinger.

De plus, on peut remarquer que Harrison Ford porte un smoking similaire dans Indiana Jones et le Temple Maudit (Steven Spielberg, 1984)

Résultat de recherche d'images pour "indiana jones temple maudit"

Le pont de la rivière Kwai

(The Bridge on the River Kwai, David Lean, 1957)

Un autre film choisi par Rian Johnson pour guider l’équipe était Le pont sur la rivière Kwai. C’est sans conteste un des plus grands et des plus célèbres film de guerre. La relation entre les deux personnages principaux (interprétés par Alec Guinness et William Holden) est typique d’une relation d’officier à soldat. Rian Johnson a mis en place la relation Holdo / Poe sur le même principe. Il explique :

Vous pouvez voir ce genre de relation dans la tension difficile entre l’amiral Holdo et Poe. William Holden est une sorte d’américain dur à cuire opposé au flegmatique Alec Guinness. Et c’est quelque chose qui est fréquent dans les films de guerre.

Jurassic Park

(Steven Spielberg, 1993)

Plus qu’une référence, on peut considérer le point suivant comme un autre Easter Egg. Lors de la cavalcade des Fathiers sur Canto Bight, on peut voir des tasses trembler sous le pas lourd des animaux. Comme lors de l’approche du T-Rex dans Jurassic Park.

 

Un homme de fer

Twelve O’Clock High (Henry King, 1950)

Rian Johnson avait annoncé très tôt pendant la production des Derniers Jedi que ce film de guerre était important à ses yeux. Il avait déjà ajouté que les équipes devraient le voir. C’est cette séquence décrivant un bombardement sur Berlin lors de la deuxième guerre mondiale qui a servi de base à la séquence du bombardement du Fulminatrix, au début de l’épisode VIII. De plus, on remarquera que l’esthétique même des bombardiers (notamment les tourelles) est très proche de celle des forteresses volantes B17 de la dernière guerre.

La Horde sauvage

The Wild Bunch (Sam Peckinpah, 1969)

Cette phrase prononcée par Poe Dameron pendant la séquence de la mutinerie est une variation d’une ligne de dialogue prononcée par William Holden dans ce western.

 

Et encore d’autres références !

Vous avez lu une adaptation de deux articles des sites Nerdist et Uproxx. Parmi les références citées, j’ai sélectionné celles qui, selon moi, parleront au plus grand nombre de lecteurs. En outre, j’ai aussi choisi les films en fonction de ma propre culture, car on parle toujours mieux de quelque chose qu’on connait ! Si vous souhaitez découvrir les autres films cités par les sources, je vous renvoie vers les articles d’origine ci-dessous. De plus, il conviendra de revoir Les Derniers Jedi à maintes reprises pour pouvoir saisir toutes les influences. Cela tombe bien : le Blu-Ray est pour très bientôt !

 


Sources internet : NerdistUproxx

Livre : Tout l’Art de Star Wars :  Les Derniers Jedi

 

Written By
More from Nicolas

[OFFICIEL] Solo : Une nouvelle image de Han & Chewie avec une interview d’Alden Ehrenreich

ATTENTION ! CET ARTICLE CONTIENT DES INFORMATIONS SPOILERS SUR SOLO. DES FANS DE STAR WARS NE VEULENT RIEN...
Read More