Snoke : le Suprême Leader se dévoile dans Entertainement Weekly !

ATTENTION ! CET ARTICLE CONTIENT DES INFORMATIONS SPOILERS SUR LES DERNIERS JEDI. DES FANS DE STAR WARS NE VEULENT RIEN SAVOIR AU SUJET DE L’EPISODE VIII AVANT SA SORTIE AU CINÉMA EN DÉCEMBRE. MERCI DE RESPECTER CELA ET DE NE DONC PAS OUVERTEMENT AFFICHER CES INFORMATIONS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX.

 

Traduction de l’article de Entertainement Weekly du 22/11/2017.

Qui est Snoke ?

Certaines personnes absorbent une peine indicible, puis passent le reste de leur vie en travaillant et combattant pour être sûres que personne d’autre ne souffre autant qu’eux.

D’autres endurent la même douleur mais vivent en la magnifiant et en la reproduisant sur le monde qui les entoure. Snoke est de ceux là.

L’énigmatique leader du Premier Ordre, émerge enfin de l’ombre dans Les Derniers Jedi et l’acteur Andy Serkis nous livre quelques détails sur l’origine et la création du personnage qu’il incarne.

« Cette fois vous le verrez pour de vrai » dit Serkis. L’acteur incarnant Snoke via la « performance capture ». « Dans le film  précédent, nous le voyons communiquant via un hologramme géant, cette fois vous le verrez en chair et en os. »

Une relation compliquée avec Kylo Ren

Serkis le décrit comme un maître cruel, un alien humanoïde faisant 9 pieds de haut, dominant et dénigrant ses deux lieutenants: Kylo Ren et le Général Hux. C’est un prédateur identifiant les faiblesses et les exploitant. Il attire les jeunes prometteurs à ses côtés avec des idées de pouvoir. Puis il les utilise et se débarrasse de ses protégés lorsque ceux-ci ne sont plus utiles.

Nous pouvons le voir ici, sous sa forme holographique dans Les Derniers Jedi, alors qu’il passe une soufflante à Hux. Serkis explique que son mécontentement sera  principalement dirigé envers Ben Solo.

« L’entrainement de Kylo Ren ne donne pas les résultats qu’il souhaite » explique Serkys. « Ainsi, sa colère envers Kylo Ren est intensifiée parce qu’il ne supporte pas la faiblesse chez les autres. Une partie de la manipulation qu’il exerce est de monter Kylo et Hux l’un contre l’autre. »

Etant donné que ce duo semble échouer, Snoke va peut-être commencer à provoquer Kylo Ren avec un autre disciple (Coucou, Rey).

Snoke a une rage constante envers la République Galactique, qu’il a détruite dans le Réveil de la Force en annihilant sa capitale  avec la Base Starkiller. Désormais cette colère se dirige vers les restes militaires de la République, la Résistance.

« Le truc avec Snoke, c’est qu’il est extrêmement puissant avec la Force, avec le côté obscur de la Force. Il est terriblement puissant, bien entendu. Mais il est aussi un personnage très vulnérable et blessé. » Explique Serkis. « Il a souffert et souffre toujours de blessures. La manière dont s’exprime sa malveillance est une réaction à ça. Sa haine envers la Résistance est alimentée par ce qu’il lui arrive personnellement. »

Ce dont on a besoin de savoir, ni plus, ni moins

Le Suprême Leader Snoke dans Les Derniers Jedi

 

Les Derniers Jedi va  prouver que le Premier Ordre est bien plus puissant que n’importe qui dans la galaxie ne pouvait le penser. « En dehors du fait que la base Starkiller a été détruite et que la Résistance a engagée un conflit, nous découvrirons que le Premier Ordre a des ressources illimitées pour celui-ci. » Explique Serkis.

La manière exacte dont Snoke a récolté ses difformités n’a pas encore été révélée. Cependant nous en apprendrons plus à ce sujet dans cet épisode. Enfin, juste un peu plus.

« Tout comme la parenté de Rey, Snoke est là pour servir une fonction dans l’histoire » explique Rian Johnson, « Et vous savez, une histoire n’est pas une page Wikipédia. »

Ce qui veut dire que le film n’est pas là pour remplir tous les blancs pour les théoriciens de Snoke les plus hardcore.

« Par exemple, dans la trilogie originale, nous ne savions rien de l’Empereur, excepté ce dont nous avions besoin de savoir, c’est-à-dire, ce que Luke savait de lui, qu’il était le mec méchant commandant Vador ». Explique Johnson. Puis dans les préquelles, nous avons tout appris de Palpatine, car son ascension au pouvoir faisait partie de l’histoire. Nous apprendrons donc autant sur Snoke que ce dont nous avons besoin. La chose la plus excitante pour moi c’est que nous le voyons plus dans ce film. Et Andy Serkis aura beaucoup plus à faire dans cet épisode qu’il n’a eu à le faire dans le précédent. Ce gars est une force de la nature. »

Un corps et des souffrances

Depuis que Snoke est apparu en hologramme dans le Réveil de la Force, la performance de Serkis était principalement centrée sur le visage du tyran (du moins ce qu’il en reste). Maintenant que nous serons en sa présence, nous allons pouvoir voir tout ses déplacements et ses souffrances.

« Vous serez les témoins de sa physicalité. » Dit Serkis.  » Son corps est tordu comme un tir bouchon, de ce fait il a des mouvements limités. Son agressivité et sa colère sont contenues et restreintes par son physique. »

« La seule chose que j’ai utilisé était à travers sa mâchoire. Elle est complètement mutilée et le côté gauche de son visage est ravagé. J’avais donc une manière de maintenir le côté gauche de ma bouche pour restreindre le mouvement de mes lèvres de ce côté. »

Le crâne ravagé et la mâchoire ouverte de Snoke ont été inspirés par une chose de notre monde. « Ses difformités sont basées sur les blessures issues des tranchées de la première guerre mondiale ». Explique l’acteur.

Red is Dead

C’est peut-être parce qu’il souffre autant que Snoke se livre à un certain confort que le pouvoir et la richesse lui confère. Ainsi, à l’inverse de Palpatine, qui était drapé dans une robe noire de Sith relativement modeste, Snoke est lui enveloppé dans une tenue dorée chatoyante digne des palaces de dictateurs ou des accrocs de Las Vegas.

Se venger est seulement une partie de ses désirs. Régner en est une autre.

« Oh, absolument. Il est aussi un peu un oligarque » dit Serkis.  » Vous savez, il n’a pas peur de montrer ses parures. C’est un luxe qui est naturel chez lui. »

Comme vous pouvez le voir d’ailleurs avec sa salle du trône ou l’armure écarlate de ses gardes Prétoriens. « La manière dont sa cour est présentée est très totalitaire et flamboyante » dit Serkis.  » Je pense qu’il aime la théâtralité. »

 

Written By
More from Bruce

[Livre] Star Wars, un récit devenu légende

Star Wars, un récit devenu légende Conflits, passions et trahisons : la...
Read More